• L'empire fleuri volume (2) chapitre (25) page (124)

    Une céramique peut être cuite de deux manières différentes

    Cuisson en oxydation dans ce cas, le feu est clair, car l'oxygène alimente le four en abondance.

    Cuisson en réduction  dans ce cas, le four est très peu alimenté en oxygène, le four s'emplit alors d'oxyde de carbone, qui cherche à se transformer en gaz carbonique en prenant l'oxygène de l'oxyde de fer éventuellement contenu dans la pâte.

    La terre cuite est cuite à basse température, aux alentours de 600° à 800 °C.

    L'oxyde de fer qu'elle peut contenir donnera à la terre cuite une coloration rouge si elle est cuite en oxydation, et grise si elle est cuite en réduction.

    Le fait de modifier la température des fours modifie la teinte de la couverte, technique connue sous le nom de yaobian

    Céramiques guan et ge 

    L’obtention de certaines couleurs nécessite un contrôle de l’atmosphère de la chambre de cuisson, une cuisson en réduction visera à réduire au maximum la teneur en oxygène dans l’atmosphère.

    Le potier ferme les ventaux d’aération de la chambre, celle-ci se remplit alors de fumée, l’atmosphère va aspirer l’oxygène contenu dans les céramiques, et principalement dans les oxydes métalliques présents dans la couverte, ceux-ci vont se retrouver réduits à un état inférieur sans oxygène, et donner dans le cas du fer des couleurs tirant sur le bleu, le vert ou le gris, et pour le cuivre, sur le rouge.


    Dans le cas d’une cuisson en oxydation, c’est le contraire qui se produit, les oxydes de fer virent au brun ou au rouge, et le cuivre donnera une teinte verte, l’atmosphère de cuisson est cependant difficile à garder constante et nombre de pièces montrent des traces d’une réduction imparfaite.

    En général, la chambre est très enfumée lorsque le foyer vient d’être allumé créant une atmosphère réductrice, mais la fumée se dissipe lors du refroidissement, engendrant un climat oxydant, l’atmosphère agit sur la plus ou moins grande dureté d’une pièce. 

    Une fois toutes ces opérations achevées, les objets sont préparés pour leur expédition, emballés dans de la paille tressée, puis, pour les plus importants, conditionnés dans des caisses de bois, et voyageront par voie fluviale.

     

    « L'empire fleuri volume (2) chapitre (25) page (123)L'empire fleuri volume (2) chapitre (26) page (125) »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 16 Mai à 05:09

    Bonjour  RENÉ

    Mon passage du matin ,

    pour vous saluez et vous souhaiter

    une journée harmonieuse ...

    Qui devrait nous offrir une belle journée

    avec le soleil sur le devant de la scène

    pour poursuivre cette remonte ta da

    de la température qui a commencé lundi.

    AmiCalement

     . * J-G-R-C-201*.

    2
    Mercredi 16 Mai à 06:00

    Bonjour René , voilà des explications bien interessantes , merci et bonne journée malgré 

    la chaleur chez vous ! . escapade , 

    3
    Mercredi 16 Mai à 07:31

    Vraiment tout un art la cuisson.

    Bonne journée René.

    Christian

    4
    Mercredi 16 Mai à 11:41

    Merci pour le partage de cet excellent chapitre , merci .

    Bon mercredi 

    Bise René

    5
    Mercredi 16 Mai à 11:52

    Salut

    Intéressant ce chapitre sur la cuisson.

    Bonne journée

    6
    Mercredi 16 Mai à 19:31

    Bonsoir René

    c'est quand même très technique et compliqué pour ma petite tête ! maintenant quand je contemplerai ces merveilles, je penserai à tout cela et ce sera encore mieux

    avec amitié

    Am

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :