• (712-755) L'apparition de l'opéra chinois est généralement attribuée à l'empereur Xuan zong qui a fondé le (Jardin des Poires) (li yuan), la première troupe d'opéra connue en Chine.

     

    714 Une tentative avortée d'invasion de la Chine par les guerriers tibétains.  

     

    715-781) Han Gan peint le Blanc qui illumine la nuit, le cheval adoré de l'empereur.

     

    En Asie centrale, l'influence chinoise est à son zénith. Changan est la ville la plus peuplée du monde avec plus d'un million d'habitants, elle est le carrefour des civilisations, les caravanes des marchands persans et sogdiens fréquentent la Route de la soie.

     

    Le bassin du Tarim fournit des chevaux, Byzance des objets en verre, le Turkestan du jade, Samarkand du cristal et l'oasis de Turfan du coton, les Chinois exporte soie, thé, papier et céramique.

     

    Les écoles de Changan accueillent des Coréens et des Japonais qui étudient le confucianisme et le bouddhisme, certains passent les examens impériaux, d'autres adoptent un nom chinois pour servir à la cour, des musiciens et des danseurs d'Asie centrale se produisent à la cour.

     

    La capitale des Tang est tolérante en matière de religion et accepte le bouddhisme, le taoïsme, le zoroastrisme, le nestorianisme et l'islam.

     

    Les statuettes en terre cuite des tombes de cette période illustrent concrètement les relations de la Chine avec le monde extérieur, beaucoup d'entre elles représentent un étranger barbu au long nez ou des palefreniers avec leurs chevaux, très convoités, du Ferghana.

     


    1 commentaire
  • Chapitre XXXXI

    Mais c'est aussi un grand politique qui a la chance de voir disparaître, l'empire turc est épuisé par toutes ces guerres, une paix est signée avec la Chine en 721.

    Ayant les coudées franches du côté de la Mongolie, l'empereur Hiu yan zhong se tourne vers l'Asie centrale.

    La guerre continue contre le Tibet et en 725, puis en 727, la Chine remporte des engagements contre les Tibétains et leur reprend la ville de Chepoutching, les Tibétains eux prennent le contrôle de la forteresse chinoise du Guazhou où sont entreposées les fournitures pour les territoires dominés par les Chinois, et s'emparent d'Anxi dans le Gansu, ils massacre la population.

    Mais au delà, à Boukhara et à Samarquand, les souverains demandent l'aide de l'empereur pour les débarrasser du protectorat arabe.

    En effet, les cavaliers arabes atteignent le Ferghana en 712 et Tachkend en 714.

    Le roi du Ferghana, chassé de son pays, vient à Koutcha, implorer l'aide de la garnison chinoise, le général chinois Tchang Hia song le restaure sur son trône.

    (712 756) Xuan zhong
    Pour recouvrer un certain équilibre, la réaction le porta sur le trône, sous l'empereur Xuan zhong la littérature et les arts plastiques s'épanouissent.

    Le premier corpus musicologique chinois richement documenté de la dynastie Tang, quoique son usage remonte aussi loin que les Han.
    Des fouilles de la fin du XXème siècle ont révélé, dans une tombe intacte, un grand nombre d'instrument de musique (dont un ensemble spectaculaire de cloches de concert), mais aussi des tablettes avec instructions de jeu et des partitions pour orchestres.
     

     


    10 commentaires
  • 705 ces derniers fomentent leur assassinat et poussent l'impératrice à abdiquer,  Wu Ze tian tombe malade, à sa mort a l’âge de 80 ans, Li Xian restaure la dynastie des Tang.

    705 alliances sino-turques pour faire pièce à une alliance arabo-tibétaine.

    705 L'empereur Tchong tsong poursuit la dynastie des Tang.
    Mais ce personnage falot est incapable de tenir ce poste et il laisse sa femme Wei che aux commandes de l'Empire, elle remplit le palais de ses débordements et veut être une nouvelle Wu Ze Tian, elle décide d'empoisonner son trop confiant époux.

    Les princes massacrent la fautive et confient le trône à Rui zhong qui devient l'empereur Jouei zhong. 

    706 une armée chinoise est taillée en pièces par les troupes turques, à Ming cha chan, il assiège ensuite la place frontière de Lang tcheou.

    708 impuissant à reconquérir la Perse, Péroz revient à la cour des Tang, il meurt peu après, les Perses ont apporté à la Chine le lion stylisé, caractéristique de la statuaire chinoise, et le jeu de polo, pratiqué aussi bien par les femmes que par les hommes.  

    710 la Chine, redoutant une nouvelle invasion, cède au Tibet une parcelle de son territoire revendiquée par ce dernier pays au motif qu'il est nécessaire aux ablutions de la princesse chinoise que le monarque du Royaume des Neiges vient d'épouser.  

    Xuan zhong accède au pouvoir après une suite de péripéties sanglantes, la reine Wei et sa fille, la princesse An le ont empoisonné le stupide et médiocre empereur Zhong zhong, en s'inspirant de Wu Ze tian, Li Long ji, fils de Li Dan, les a ensuite fait tuer par la garde impériale, Li Dan, redevenu empereur Rui zhong, cède le trône à Li Long ji qui devient l'empereur Xuan zhong.

    Sous son règne, la prospérité est rétablie et la population chinoise croît fortement, c'est l'âge d'or de Kaiyuan, mais la crise sociale s'approfondit les grands propriétaires fonciers dépossèdent les petits paysans qui sont déplacés vers les frontières pour contrôler les ethnies minoritaires.

     


    11 commentaires
  • La politique de Wu Ze Tian favorise le recrutement des meilleurs sans se soucier de l'origine familiale pour les fonctionnaires comme pour ses conseillers et ses ministres.

    Elle fait beaucoup pour l'éducation des femmes, leur accès aux examens et postes officiels, dans ses douze propositions, elle préconise une baisse des impôts, des efforts en direction de l'agriculture et encourage l'expression des différentes opinions, elle favorise le Bouddhisme.

    La politique de Wu Ze Tian favorise le recrutement des meilleurs sans se soucier de leur l'origine familiale pour les fonctionnaires comme pour ses conseillers et ses ministres. 

    700-800 La poésie chinoise atteint son apogée sous les Tang, et bien que très souvent imitée, elle ne sera jamais surpassée.

    Les deux poètes les plus fameux furent Li Bai (702-762), le préféré des Chinois, et Du Fu, meurtri à jamais d'avoir échoué aux examens impériaux.

    702 Une nouvelle Paix sino-tibétaine, mais ce n’est pas la dernière avec ce peuple bélliqueux.

    702 les Turcs font de nouveaux ravages à Tai tcheou (au nord du Chanxi) et à chaque razzia, rentre en Mongolie avec un précieux butin.

    704 l'impératrice tombe malade au point qu'elle ne peut rencontrer les ministres, peu de temps après cette femme de quatre vingts ans, termine sa vie singulière au palais de Shangyang.

    705 une nouvelle rébellion, dirigée par son premier ministre, Zhang Jian et les légitimistes la désavoue, seule, encerclée par les conjurés, elle continue à leur tenir tête, et tente d'intimider son fils jusqu'à ce qu'elle soit obligée, le couteau sous la gorge, à abdiquer en faveur l'héritier, peu de temps après cette femme de quatre vingt ans, termine sa vie singulière au palais de Shangyang.

    Elle choisit finalement de laisser son nouvel empire Zhou aux héritiers des Tang, ses fils.

    Agée de 74 ans, elle rassemble ses enfants survivants et leur fait part solennellement de sa décision de nommer prince héritier l'aîné, qui fut brièvement l'empereur Zhong zhong.

     


    13 commentaires
  • Cependant, cette situation a suscité la forte désapprobation des sujets de l'empereur, et à la fin, comme le couple s'était enfui de l'armée des rebelles, Yang Yu huan a été forcée de se pendre.
    Contrairement à Wu Ze tian, Yang Yu huan ne s'est jamais mêlée de politique, bien qu'elle ait été la concubine de plus haut rang.

    Bien que Wu Ze tian et Yang Yu huan aient vécu toutes les deux durant la dynastie des Tang, si ouverte d'esprit, elles n'ont pas pu ébranler complètement les assises du préjudice et de l'intolérance de la morale féodale à leur égard, particulièrement au sein des luttes politiques.

    700 le royaume tibétain est unifié.

    700 La plus ancienne carte d'étoiles connue au monde, recense 1300 astres répartis en 260 constellations.

    700 l'armée chinoise dirigée par le général Hiou ying remporte une victoire contre les Tibétains et en 702, Wu Ze tian et Thrimalo, les deux femmes qui dirigent la Chine et le Tibet, signent un traité de paix.

     700 La Route de la soie est abandonnée suite aux incursions arabes, pour qui cette route est une mine d’or.

    700 Plusieurs types de céramiques de l'époque Tang entrent dans la catégorie des porcelaines, la céramique Xing produite dans le Hebei, comme la céramique de Dingzhou qui apparaît à la fin des Tang, et qui sera à l'origine de la célèbre porcelaine Ding de la dynastie Song.

    L'histoire de la porcelaine commence sous la dynastie Sui, a cette époque, une argile d'une grande pureté et d'une blancheur exceptionnelle est découverte sur les monts Kao-Ling (c'est l'origine du mot kaolin), c'est ce matériau qui donne à la porcelaine toutes ses qualités, dureté, translucidité, sonorité et blancheur éclatante.

     


    17 commentaires
  • Chapitre XXXX  

     

    Que l'épithète impératrice à la main de fer soit comme un compliment ou une insulte, personne ne peut démentir l'histoire qu'elle a écrite. Durant le règne de Wu Ze tian, les réalisations de ses prédécesseurs ont été poursuivies et développées davantage, menant la dynastie des Tang à l'apogée de la Splendeur de Kai yuan.

     

    Pendant les cent ans qu'a duré la prospérité des Tang, on peut dire que Wu Ze tian mérite de se voir attribuer le crédit de cinquante années.

     

    Wu Ze tian a donné l'ordre que, à sa mort, une tablette soit érigée en face de la tombe dans laquelle l'empereur Gao zhong et elle reposeraient, mais que cette tablette reste vide.

     

    En tant qu'impératrice, elle a bénéficié du statut de l'empereur et du soutien du peuple, mais en tant que femme, elle a sacrifié à peu près tout, ses parents, ses amis, l'amour, et à la fin, sa vie même.

     

    En plus d'être une femme politique exceptionnelle, Wu Ze tian était également une grande poétesse et une grande calligraphe, elle était tellement polyvalente que son décès a rempli ses sujets d'une profonde désolation.
    Yang Yu huan a été une autre femme inoubliable de la dynastie des Tang, elle était extrêmement belle et excellait en danse et en musique, elle était très éprise de l'empereur Xuan zhong, et les deux étaient inséparables.

     


    14 commentaires
  • Cette image d'oiseau représente les qualités indispensables à un poste de haut fonctionnaire, c'est pourquoi elle orne souvent les vêtements et les habitations des dignitaires, les vêtements de cérémonie, soie et satin, fils d'or, qui nous donnent une idée de l'importance d'un magistrat de district, son habit de fonction est de brocard, et sa coiffure officielle une coiffe noire aux ailes rigides.

    On reconnaissait le rang d'un officier civil chinois à l'oiseau brodé sur son uniforme.

    Un officier civil de premier rang portait une grue à couronne rouge face à la marée, sous un soleil rouge, c'est ainsi que la grue à couronne rouge était appelée en Chine (oiseau de premier rang).

    Quant à la mer ondoyante, qu'on voit aussi, elle exprimait les affaires complexes du gouvernement (Face à la marée), en chinois dang chao, à la même prononciation (qu'en fonction).

    Le juge a devant lui, un bloc de bois, soit pour imposé le silence dans la salle d’audience, soit pour entériné le jugement, il a aussi devant lui un étuis avec des tablettes en bois ou sont écris les diverses peines, après avoir tapé il lance une tablette vers le prévenu, la sentence est appliquée immédiatement.

    Autour du juge, sur des tables plus basses, sont assis les scribes qui disposent pinceaux et pierres à encre noire et rouge pour noter les dépositions.

    Debout sur deux rangs, les sbires du tribunal se font face chacun dispose d’un bâton, tandis que leur chef tient entre ses mains un gros fouet, prêt à cingler le prévenu

    Personne, en Chine, ne pouvait être déclaré coupable s'il n'avait fait ses aveux, la loi permet l'usage du fouet, de la bastonnade, des poucettes et du carcan.

    Dans les cas les plus graves, des tortures plus sévères peuvent lui être infligées, et c'est dans une des pièces attenantes à la salle d'audience.

    Mais le métier de juge n’était pas sans risque pour sa personne, ainsi s’il était prouvé qu’il avait fait condamner injustement une personne, il devait subir la même peine, y compris la peine de mort.

     


    16 commentaires
  • La Cour de Justice du district, un tribunal porte le nom de yamen, dans l’antique Chine.

    Il s’agit d’un tribunal qui comprend, dans la même enceinte, outre les différentes salles du tribunal, la prison, divers bâtiments administratifs et les appartements privés du magistrat de district.

    Au premier niveau de l’organisation de l’administration judiciaire dans la Chine dynastique, il y avait un yamen pour chacun des 1 300  xian  (districts) et 150 zhou  (préfecture) sous la responsabilité d’un guang fu, qui cumulait les fonctions de policier, d’administrateur et de magistrat.

    Le guang fu était donc à la fois chargé de l’instruction du dossier et du jugement, il ne pouvait trancher définitivement que les cas mineurs, ceux qui n’entraînaient pas des sentences plus lourdes que des coups de bâton.

    Les appels se faisaient au niveau provincial, lui-même subordonné au gouverneur ou gouverneur général, puis au Bureau des Punitions à Beijing la décision des peines de mort revenait à l’empereur seul habilité pour les prononcé.

    Les guang fu faisaient en pratique une distinction entre les procès à caractère pénal qu’ils poursuivaient même en l’absence de toute réclamation de la victime, et les procès civils opposant deux particuliers.

    Des tapis de brocard devaient recouvrir la haute table du juge, et derrière elle, des tentures de soie brodée, l'une montre un soleil écarlate dominant une mer agitée, ce soleil rouge représente la lumière brillante qui éclaire les quatre coins du monde, d’où l’expression qui nous est parvenue, (voyager aux quatre coins du monde) pour le chinois de cette époque la terre était carrée et le ciel rond.

    Une autre tenture peint des grues buvant tranquillement dans une calme rivière, le plumage blanc de la grue symbolise la pureté de l'officier.

     


    9 commentaires
  • Un document précise que ces informateurs doivent être traités avec égard lors de leur voyage vers et depuis la capitale, elle n'hésite pas à créer une charge d'inquisiteur ku li 酷吏 chargés de soutirer par la torture des informations à ses ennemis, particulièrement les membres et partisans du clan Li fondateur des Tang, et de les exécuter.

    Ce régime subsistera une dizaine d'années, à l'issue desquelles, à peu près débarrassée des opposants issus des grandes familles, Wu ze tian fera exécuter les inquisiteurs eux-mêmes pour se laver aux yeux de l'opinion de sa part de responsabilité dans cette institution fort critiquée.

    Wu Ze tian ne vise pas seulement le pouvoir de fait, mais la reconnaissance intégrale de sa position suprême, y compris après sa mort. 

    Dans cette logique, elle promeut les hommes de son clan d'origine, Wu, à des postes de plus en plus importants, et on peut penser qu'elle est tentée un moment de désigner un neveu comme héritier au lieu d'un de ses fils.

    Elle sait néanmoins qu'en tant qu'ancêtre du clan Li elle n'aura jamais sa place dans la lignée des empereurs fondateurs d'une dynastie appartenant aux Wu.

    Un autre personnage fort important pour l’impératrice, c’est le détective Dee.

    Le détective Dee, homme d'État fameux, vécut, de l'an 630 à l'an 700 de notre ère, sous la dynastie Tang, au cours de la première partie de sa carrière, il éclaircit nombre d'affaires criminelles assez compliquées.

    De nos jours encore, les Chinois le considèrent comme leur plus grand détective, et son nom leur est aussi familier que l'est pour nous celui de Sherlock Holmes.

    Le détective Dee, vécut en Chine sous la dynastie des Tang, son extraordinaire capacité de déduction le rendit célèbre de son vivant, si bien qu'il entra dans les annales judiciaires chinoises, il termina sa carrière comme ministre de l’impératrice Wu.

    Les grandes étapes de sa vie.

    630 Naissance à Taiyuan

    663 Nommés magistrats à PengLai, puis en 666, il est nommé à Hanyan 

    668 il est nommé à Pouyang 

    670 il devient magistrat de LanFang 

    676 il va Pei-tchou 

    677 il est président de la Cour métropolitaine de justice.

    Il meurt en 700, les lieux et date de naissance et ainsi que ceux sa mort est réelle.

     


    8 commentaires
  • L'impératrice a bien pris soin de choisir des personnes de talent et de les placer dans des positions importantes, Shang guan Wan er en est l'exemple parfait.

    Le grand-père et le père de cette dernière avaient été tués pour s'être opposés à l'accession au pouvoir de Wu Ze tian, et la jeune Wan er et sa mère étaient employées comme servantes au palais où Wan er y a reçu une très bonne éducation.

    Celle-ci a écrit non seulement de beaux poèmes mais a gagné également une connaissance intime des affaires de l'État, Wu Ze tian appréciait beaucoup son habileté et elle l'a nommée son aide personnelle.

    Shang guan Wan er a prouvé sa valeur à l'impératrice, non seulement à travers son habileté à participer à la prise de décision qu'exigeaient les chroniques du trône, mais également en élaborant les édits impériaux pour l'impératrice, Shang guan a même agi un jour à titre d'examinateur en chef des examens impériaux officiels.

    Bien plus tard, après le décès de Wu Ze tian, Shang guan Wan er est restée à la cour pour aider l'empereur Zhong zhong à gouverner le pays.

    Xu You gong était l'officiel en charge des affaires judiciaires, mais il exprimait souvent son insatisfaction à l'impératrice par rapport à certains verdicts de la cour.

    À une occasion, Wu Ze tian se fâcha tellement qu'elle émit un ordre de décapiter Xu, mais au moment où l'exécution allait avoir lieu, elle le gracia, le dégradant au rang de personne du peuple, lorsque sa colère fut calmée, Wu continua à solliciter les avis de Xu, et elle lui redonna le poste de chef des affaires judiciaires.

    Afin de maintenir la stabilité sociale, juste avant sa mort, Wu Ze tian a décidé de remettre le pouvoir d'État à la dynastie des Tang.

    Sur l'avis d'un conseiller, elle met en place un système d'information sur l'état de l'empire tong gui 銅匭, sous la forme de quatre urnes placées au palais où l'on peut venir déposer des messages avertissant de situations mettant le régime en danger.

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires