• 618-907 dynastie des Tang, avec Changan, comme capitale, la Chine atteint un rayonnement sans précédent. 

    Le général de la garde impériale Li Yuan, gouverneur du Shanxi, à l'instigation de son fils, Li Shi min, fait assassiner l'empereur et fonde la dynastie des Tang, sous le nom d'empereur Gao zu, il s'appuie sur une armée d'origine turque.

    Sa capitale, Changan, située à l'extrémité orientale de la route de la soie, est une des plus importantes villes du monde, son urbanisme est imitée pour la construction des capitales de la Corée (Pyongyang) et du Japon (Nara).

    Le bouddhisme se développe et plusieurs sectes apparaissent; mais le taoïsme reste encore vivace, la musique emprunte à celle des minorités et à l'étranger, le théâtre de marionnettes et l'acrobatie est très populaire, une école de calligraphie est ouverte pour préparer aux examens impériaux.

    L'imprimerie par gravure (xylographie) voit le jour, les mathématiciens résolvent l'équation cubique, la porcelaine blanche voit le jour, en astronomie, la découverte de l'instrument de l'écliptique par Yi Xing et Liang Ling zan permet de mesurer le mouvement des étoiles,  la sphère armillaire de Yi Xing est la première horloge astronomique du monde.

    La médecine se spécialise en médecine générale, chirurgie, pédiatrie, traitement des cinq sens, diagnostic, massage.

    On décrit systématiquement et précisément de nombreuses maladies, lèpre, variole, rougeole, gale, dysenterie aiguë et chronique, choléra, hydropisie, maladies carentielles (béribéri, héméralopie, rachitisme, goitre), maladies vénériennes, tuberculose pulmonaire et osseuse, adénopathie cervicale, diabète, tumeurs, la thérapeutique chirurgicale.

    On connaît déjà le traitement de la cataracte, le traitement orthopédique des fractures, l’extraction des séquestres osseux, la carie dentaire est traité par obstruction et plombage (amalgame mercuriel). 

     


    11 commentaires
  • Chapitre XXXI

    L'empereur a alors demandé, (Si j'ai fait quelque chose de faux, l'avez-vous assurément écrit ?) Chu répondit (C'est ma responsabilité. J'écris chacune de vos paroles et chacun de vos actes).

    Men Shi Lang (un fonctionnaire responsable de prendre soin de l'empereur et de transmettre les ordres et instructions de l'empereur) a dit (Même si vous aviez ordonnée à Chu Sui liang de ne pas le noter, les gens de la nation l'auraient enregistré).

    L'empereur demanda à Fang Xue ling, un autre fonctionnaire érudit, (Pourquoi un empereur ne peut-il pas lire l'histoire de sa dynastie ?)

    Fang répondit, (Les enregistrements historiques comprennent tout ce qui est bon ou mauvais, si les historiens avaient le souci que ce qu'ils ont noté puisse offenser l'empereur, ils pourraient alors vouloir modifier l'enregistrement historique.

    Alors il y a cette règle de ne pas autoriser l'empereur à lire les enregistrements historiques de la dynastie présente, Li Shi min répliqua, (mais mon désir de lire les enregistrements est différent des autres empereurs du passé), si l'enregistrement parle de mes réalisations, je ne veux pas en faire mention.

    Mes erreurs doivent, bien sûr, être enregistrées, mais j'espère simplement que vous pouvez me dire les erreurs, afin que je puisse faire attention à mes paroles et à mes actes et ne pas répéter ces erreurs.

    L'histoire chinoise est très complète, en partie à cause des nombreux historiens qui ont osé enregistrer impartialement l'histoire, même s'ils étaient pénalisés et même s'ils ont perdu la vie pour avoir fait ainsi.

    618 Par la route de la soie, importation depuis l’Egypte de la première bougie, et de l’apiculture.

     


    13 commentaires
  • Les Tang établirent une administration pyramidale chapeautée par l'empereur avec, sous ses ordres :

    Deux ministres chargés des affaires politiques, l'équivalent d'un ministre de l'intérieur.

    Neuf cours et six ministères chargés de régions administratives spécifiques.

    Pour décourager le développement de pouvoirs régionaux, l'empire fut divisé en 300 préfectures (zhou) et 1500 districts (xian), un découpage qui subsiste aujourd'hui.

    C’est sous la dynastie des Tang, que prends réellement naissance la mécanique, dans le sens large du terme, avec des mécaniques très complexe de mouvement.

    618 Li Yuan fonda la dynastie des Tang, Li Yuan est gouverneur du Shanxi, son fils le pousse à se révolter, l'empereur des Sui est assassiné, il fait de son père le leader d'un ordre confucéen similaire aux Sui, par les armes, ils restaurent un petit-fils de l'Empereur Sui, puis Li Yuan s'intronise Empereur Gao zu (618-635), la dynastie Tang est instaurée (618).

     

    Un fonctionnaire de la dynastie Tang connu pour critiquer l'empereur, l'Empereur Li Shi min a dit (Les gens utilisent du bronze pour fabriquer des miroirs qui puissent aider les gens à arranger leurs vêtements) avec l'histoire comme miroir, on peut voir la montée et le déclin, la prospérité et la disparition des dynasties.

    Avec les individus comme miroirs, on peut évaluer ce qu'un tel a fait correctement et non correctement, puisque Wei Zheng s'en est allé, j'ai perdu un miroir parfait. 

    À travers ces paroles, nous savons que Li Shi min a utilisé l'histoire et les paroles des autres gens pour évaluer quelles erreurs il avait faites.

    Dans la deuxième année de la période Zhen Guan (qui représente la période où Li Shi min a gouverné la Chine pendant la dynastie Tang), Li Shi min a nommé deux chroniqueurs impériaux, pour noter les paroles et les actes de l'empereur.

     Dans la dixième année de la période Zhen Guan, Chu Suiliang a été nommé chroniqueur, responsable pour noter les paroles et comportements de l'empereur.

     


    10 commentaires
  • Wang Si chong toujours assiégé demande l'aide de Dou Jian de, le Prince de Xia qui tient le Hebei.
    Mais voici qu'une armée ennemie conduite par Dou Jian de, est annoncée à quelque milles de Louyang, tout en maintenant le siège de Louyang, Li Che min conduit son armée au devant du Prince de Xia, après des pourparlers visant à faire abandonner à Dou Jian de, son but de soutenir Wang Si chong, le Prince de Xia lance une attaque sur les forces de Li Che min qui se tient dans une stricte défensive et repousse les assauts, puis vient l'heure de la contre-attaque, Li Che min rassemble sa cavalerie d'élite et se presse vers le camp ennemi.

    Il y entre par surprise, et se fraie un chemin l'arme au poing jusqu'à la tente du général qui, dans le désordre est blessé d'un coup de pique et capturé, c'est la victoire décisive de Hulao, quelques jours plus tard, la ville de Louyang lui ouvre ses portes.

    618-907 La Route de la soie verra son apogée sous la dynastie Tang, Changan est alors la plus grande ville du monde.

    L'expansion des Han fit entrer les Chinois en contact avec les barbares qui environnaient leur territoire, il en découla des conflits militaires et des retombées commerciales.

    Au nord, les Xiongnu (tribus nomades d'Asie centrale) représentaient la menace la plus sérieuse pour la Chine, les premières expéditions militaires lancées contre elles furent un succès, elles donnèrent aux chinois accès à l'Asie centrale, en leur ouvrant la route qui leur permit de faire parvenir leurs soies jusqu'à Rome.

    618 à 907 Dynastie Tang  ()

    La dynastie Tang est la treizième dynastie chinoise, qui compta 20 empereurs, dont la succession s'interrompt brièvement en 690 pour faire place à Wu Ze tian de la dynastie Zhou, la seule et unique femme de l'histoire chinoise à s'être proclamée (empereur) au lieu de se contenter du titre d'impératrice douairière.

     


    9 commentaires
  • Le cas du comte de Tang est singulier, il est gouverneur d'une région militaire au Changxi, une force militaire, en alerte permanente face aux razzias turques, c'est un homme a l’esprit timoré craignant de se compromettre et loyal au régime.

    Son fils Li Che min, pétri de souvenirs historiques, ayant vécu dans son enfance la vie des camps militaires, mais il est aussi habitué à la vie de cour, il est doué d'une énergie considérable, rusé, audacieux et de bon sens.

    Il entretient des relations amicales avec plusieurs khans turcs, intrigue avec des fonctionnaires du palais et s'est créé un réseau de militaire dans le Changxi, il est navré du loyalisme suranné de son père, et décide de lui forcer la main.

    Un eunuque du palais royal, connu de Li Che min, offre un jour à Li Yuan une fille destinée à l'empereur, Li Yuan l'accepte sans réfléchir.

    Li che min lui fait comprendre que l'enlèvement d'une fille du palais est théoriquement puni de mort.
    Il est trop tard pour reculer Li yuan rassemble ses fidèles et mobilise les troupes de son gouvernement à Taiyuan, la capitale du Changxi.

    Il annonce que s'il prend les armes, c'est uniquement pour sauver l'empereur des autres prétendants, Li Chemin est satisfait, il obtient par ses relations avec les khans turcs, 500 mercenaires d'élite et 2000 chevaux, sa soeur, une cavalière d'élite, vend ses bijoux et elle recrute 10000 soldats qu'elle lui confie.

    Li Che min dispose de 60000 soldats aguerris dont il partage les souffrances et qu'il fanatise par son exemple, Li yuan devient un compétiteur pour le trône quand l'empereur est assassiné par ses soldats.

    618 Il se déclare vengeur de la dynastie et prend le titre de Lieutenant Général de l'Empire et quelque mois plus tard se proclame empereur, Changan lui ouvre ses portes en premier, la tâche est complexe, la ville est particulièrement bien défendue, Wang Si chong tient la place et les autres rivaux, devant les succès des Tang, risquent d'intervenir pour défendre Louyang. 

    Li Chemin est accompagné d'un des récents adversaires qu'il a gagnés à sa cause, Kung te, devenu un de ses officiers, près de Louyang le jeune héros part en reconnaissance avec une troupe de 800 cavaliers, mais la garnison les voit et fait une sortie.

    La troupe est encerclée, Li Che min tente de forcer le passage, l'arme au poing quand un officier ennemi, le reconnaissant, se précipite vers lui, la pique baissée, Kung te intervient et élimine cet assaillant, des renforts arrivent et sortent Li Che min de cette position critique.

     


    10 commentaires
  • L'empereur Yang reconstitue une armée de taille comparable, un million d'hommes, et reprend le chemin du Koguryo, l'armée Sui avance et ne s'arrête pas aux forteresses de la frontière et envahit le Liadong quand une nouvelle tombe, le fils du premier ministre de l'empereur Yang déclenche une rébellion à proximité de Luoyang.

    L'empereur Yang prend vite sa décision, l'armée Sui se retire et servira pour réprimes la rébellion de Yang Xuan gan qui est bientôt vaincu et ordonne à son frère Yang Jishan de le tuer pour ne pas tomber entre les mains de l'empereur.
    614 l'empereur recommence une nouvelle campagne, beaucoup de soldats désertent mais il envahit le Koguryo, il franchit la première ligne de défense en évitant de s'attaquer aux forteresses, mais il ne peut avancer au delà de la rivière Liao car les embuscades fréquentes du Koguryo et la menace de couper ses approvisionnements le retiennent.

    Yeong yang tente sa chance, pour mettre fin à ces guerres épuisantes, il offre la paix et le retour de Hu si Zheng, le compagnon de Yang Xuangan qui a fui au Koguryo, l'empereur, conscient de ses échecs et du mécontentement croissant en Chine, accepte cette offre et retire ses troupes du Koguryo.

    616, Yang se réfugie à Jiangdu sur le Yangtsé et l'empire sombre dans l'anarchie.

    La dynastie des Tang 618 a 907

    Nouvelle guerre civile, une nouvelle période de morcellement et d'anarchie commence et cinq révoltes militaires éclatent et leurs chefs se disputent le pays, il s'agit de :
    616 Li Mi qui commence, sa révolte dans le Henan, au Sud-Est de Louyang.
    617 Li yuan, le comte de Tang, qui poussé par son fils Li che min, se met en avant, au Changxi.
    618 Yu wen Houa ki, un officier de l'empereur qui l'assassine à Kiang tou.
    619 Wang Che tchong, le maître de Louyang qui se révolte.
    619 Teou Kien to, dont le Q G est dans le Sud du Ho pei.

     


    14 commentaires
  • Le contingent, dirigé par les généraux Zu Zhong wen et Yu wen Shu a ses propres problèmes, le ravitaillement suit les soldats en toute sécurité dans les territoires chinois, mais une fois entré dans le Koguryo, le risque d'embuscade est constant, l'empereur décide que chaque soldat portera sa propre nourriture et cela alourdit considérablement sa charge, beaucoup décident de jeter la nourriture, et quand le contingent atteint la rivière Yalu, le manque de provisions est aigu.

     

    Le contingent se dirige vers la capitale et sept fois par jour les troupes de Koguryo attaquent, simulent la défaite et se retirent, l'armée Sui avance ainsi dans un sentiment de victoire et est à présent à vingt kilomètres de la capitale, le commandant en chef du Koguryo, Euljy Mundeok, vient simuler une reddition et négocier des conditions de paix auprès des généraux Sui.

     

    Après cet intermède, les généraux Yu Zhong wen et Yu wen Shu décident de prendre la capitale, et le contingent repart vers le Sud.

     

    Mais l'épuisement des troupes et les fortifications de la capitale rendent la campagne impossible au général Yu.
    Mundeok envoie un représentant aux généraux Sui, les prévenir que le roi Yeong yang viendra se rendre à l'empereur Yang, si l'armée Sui se retire, le général Yu saute sur l'occasion et le contingent rebrousse chemin.

     

    Les soldats chinois atteignent la rivière Salsu (actuellement la rivière Chongchon), le niveau de l'eau est bas, Mundeok a établi un barrage en amont, le contingent Sui traverse à pied la rivière et au milieu du passage, le barrage est ouvert et plusieurs milliers de soldats Sui se noient, les troupes de Koguryo attaquent les rescapés, les survivants doivent courir sur 200 kilomètres pour échapper à la mort,  au total sur 305000 soldats Sui qui ont participé au contingent, seulement 2700 en reviennent.

     


    12 commentaires
  • L'armée Sui s'ébranle au début de l'année, il faut 40 jours pour qu'elle quitte son lieu de rassemblement la longueur totale de cette file de soldats mesure environ 400 kilomètres.

    Yeong yang a pris la décision d'abandonner la zone gagnée après la guerre de 598 et de se retrancher derrière la rivière Liao, cette rivière qui à cette époque de l'année devrait être gelée, est libre de glace à l'arrivée des troupes chinoises.

    L'empereur donne l'ordre de construire trois ponts, les ponts sont calculés trop courts et les Coréens en profitent pour tendre un guet-apens avec succès.

    Enfin les ponts sont à la bonne longueur et l'armée Sui traverse le fleuve et approche des forteresses de Koguryo, le manque de souplesse laissé aux officiers chinois se manifeste dès le siège de la forteresse de Yodong (actuel Liaoyang), quand les défenseurs sont prêts à se rendre, il faut envoyer un courrier à l'empereur pour connaître la suite à donner et les attaques s'arrêtent.

    Quand la réponse arrive, les défenseurs ont le temps de se regrouper et la résistance reprend, ainsi la forteresse n'est jamais prise.
    Voyant qu'aucune forteresse n'est prise, l'empereur change sa stratégie, l'armée du Nord laisse de côté les forteresses proches de la frontière chinoise et se dirige vers la capitale, (Wang gom song, ancien nom de la ville de Pyongyang), ainsi qu'une flotte comprenant 200000 soldats.

    Cette dernière arrive à la rivière Daedong avant le contingent et Yeong-yang envoie une petite escadre contre elle, rapidement, les forces navales coréennes simulent la défaite et rentrent dans la capitale.

    Lai Huni, le commandant de la flotte Sui envoie, les portes de la citadelle sont ouvertes, les remparts vides, des armes et des objets de valeur laissés à disposition, prudent, Lai Huni interdit le pillage.

    Les troupes Sui traversent un grand temple bouddhiste et subissent une embuscade qui échoue, les soldats de Koguryo se retirent.

    Lai Huni permet le pillage de la citadelle extérieure et pendant que les soldats chinois sont en plein pillage, des troupes d'élite de Koguryo attirent dans un guet-apens les soldats chinois qui n'offrent pas de résistance et quelques milliers seulement regagnent la flotte.

    Lai Huni se résigne à attendre le contingent pour assiéger la ville.

     


    14 commentaires
  • L'empereur effectue une tournée dans les commanderies du Nord et rend visite à Ashina dont la soumission lui attire beaucoup de richesses.

    607 l'empereur a invité le roi Yeong yang de Koguryo, à la cour mais celui ci n'a pas répondu, en 611, l'empereur Yang, se sentant insulté par ce silence, prépare la conquête du Koguryo.

    608 Un million d'hommes sont réquisitionnés pour construire le canal de Yongi reliant le fleuve Jaune à la commanderie de Zhuo (proche de la ville moderne de Beijing).

    608 et 609: Premières ambassades du Tibet en Chine.  

    Les guerres de l'empereur Yang contre le Koguryo 612 - 614 

    612 613 614 l'empereur lance en vain ses troupes à l'assaut de la Corée, les insuccès successifs et la lourdeur des charges suscitent le mécontentement, le général Yang Xuan gan se rebelle, des insurrections paysannes éclatent un peu partout, les dynasties locales en profitent pour ressaisir le pouvoir, c'est à nouveau l'anarchie.

    612 Le canal servit ainsi à acheminer vers le nord du riz ou des troupes nécessaires lors d'expéditions militaires, comme celle qui permit l'invasion de la Corée, sous le règne de Yang.

    La concrétisation du projet a demandé des investissements financiers à grande échelle et le recrutement de milliers d'hommes et de femmes beaucoup moururent à la tâche, cela contribua à déstabiliser la très brève dynastie Sui.

    612 L'armée est concentrée dans la commanderie de Zhou, l'empereur donne l'ordre d'attaquer, l'effort principal de cette armée du nord porte sur la cité de Liaodong, l'empereur a donné l'ordre aux officiers de ne pas prendre d'initiatives pour les mouvements de troupes mais de lui faire un rapport à l'instruction.

     


    14 commentaires
  • L'empereur effectue une tournée dans les commanderies du Nord et rend visite à Ashina dont la soumission lui attire beaucoup de richesses.

    607 l'empereur a invité le roi Yeong yang de Koguryo, à la cour mais celui ci n'a pas répondu, en 611, l'empereur Yang, se sentant insulté par ce silence, prépare la conquête du Koguryo.

    608 Un million d'hommes sont réquisitionnés pour construire le canal de Yongi reliant le fleuve Jaune à la commanderie de Zhuo (proche de la ville moderne de Beijing).

    608 et 609: Premières ambassades du Tibet en Chine.  

    Les guerres de l'empereur Yang contre le Koguryo 612 - 614 

    612 613 614 l'empereur lance en vain ses troupes à l'assaut de la Corée, les insuccès successifs et la lourdeur des charges suscitent le mécontentement, le général Yang Xuan gan se rebelle, des insurrections paysannes éclatent un peu partout, les dynasties locales en profitent pour ressaisir le pouvoir, c'est à nouveau l'anarchie.

    612 Le canal servit ainsi à acheminer vers le nord du riz ou des troupes nécessaires lors d'expéditions militaires, comme celle qui permit l'invasion de la Corée, sous le règne de Yang.

    La concrétisation du projet a demandé des investissements financiers à grande échelle et le recrutement de milliers d'hommes et de femmes beaucoup moururent à la tâche, cela contribua à déstabiliser la très brève dynastie Sui.

    612 L'armée est concentrée dans la commanderie de Zhou, l'empereur donne l'ordre d'attaquer, l'effort principal de cette armée du nord porte sur la cité de Liaodong, l'empereur a donné l'ordre aux officiers de ne pas prendre d'initiatives pour les mouvements de troupes mais de lui faire un rapport à l'instruction.

     


    10 commentaires